Annoncé depuis plusieurs mois déjà, le départ d’Andrew Lincoln (interprète de Rick Grimes) de The Walking Dead avait fait l’effet d’une bombe et provoqué la colère de nombreux fans qui menaçaient de ne plus regarder la série. Bien plus qu’un possible retour de Negan ou d’une division entre « la colline », le Royaume et Alexandria, la vraie attraction de cette neuvième saison était de savoir qu’elle porte de sortie allait être offerte à Rick…

Tout était parfait

Axé sur les dissensions entre Maggie et Daryl d’un coté et Rick et Michonne de l’autre l’épisode 4 se terminait sur l’image d’un Rick contesté par les siens, blessé et entouré par une horde de zombies se dirigeant vers la colline. Tombé de son cheval apeuré par les morts vivants l’encerclant, le « grand Rick Grimes » ne pouvait pas avoir une fin si pathétique. Si sa mort était inévitable, elle se devait d’avoir du sens, du panache. Remonté péniblement sur son cheval, au prix d’un dernier effort il ne mourra pas sans avoir « retrouvé sa famille ». Mais quelle famille ? Carl, Lori, Glenn, Hershel, Tasha, Andrea, Shane et j’en passe. La famille de Rick compte plus de membres disparus que de vivants –  où alors est-ce un parallèle avec les raisons qui poussent d’Andrew Lincoln a quitter la série ? Le déroulement de l’épisode ne manque pas de nous le rappeler. Pris d’hallucination, il revoit Shane, Hershel, Tasha, lui même dans son lit d’hôpital. Cette fois-ci pas de suspens on le sent il ne s’en sortira pas. Comme le christ portant sa croix, Rick porte son fardeau une dernière fois en menant la horde loin des siens.

Pendant ce temps là, Maggie arrivée à Alexandria fait face à Negan ou plutôt à ce qu’il en reste. Au terme du troisième épisode, Negan annonçait son retour à Rick: « tu ne construis pas le monde de demain, tu le prépares juste à mon retour ». Deux épisodes plus tard la donne a bien changé. Brisé mentalement par la perte de Lucille, le charismatique super méchant n’est plus que l’ombre de lui même. Souhaitant plus que tout mourir mais incapable de mettre fin à ses jours, il supplie Maggie d’abréger son agonie. Frappée par l’être pathétique qu’il est devenu, le chef de la colline comprend alors que l’emprisonnement est une sentence bien pire que la mort pour celui qu’elle a rêvé de tuer tant de fois. Alors que Rick marche vers une mort certaine, Maggie fini par comprendre et accepter son point de vue. Réhabilité par les siens il peut tirer sa révérence.

Mais pourquoi?

Exténué, résigné, Rick dans un dernier geste héroïque fait exploser le « fameux pont » et disparait dans une déflagration sous les yeux de Michonne, Daryl, Maggie et Carol – notons que si monsieur tête de mule s’était résigné à le faire sauter dès le départ on en serait pas là mais bon.

Du point de vue de la dramaturgie on est au sommet. La course poursuite au ralenti entre Rick et les zombies fait monter la tension doucement jusqu’à atteindre son paroxysme. Quelle fin! C’est parfait! De la tension, du suspens, de la souffrance pour finir par de la tristesse tout ce qu’il fallait pour rendre hommage au personnage qui porte la série sur ses épaules depuis 9 saisons. Bien qu’attristé par son départ les fans peuvent être satisfaits de sa sortie et se donner rendez-vous dimanche prochain pour la suite. Générique et au revoir tout…. mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Pourquoi il reste encore 5 minutes d’épisodes ?! Comment ça Rick n’est pas mort ? Gravement blessé, exténué, projeté par le souffle de l’explosion et il n’est toujours pas mort ?! Je veux bien qu’il soit un dur à cuir le bonhomme mais bon il faut savoir mourir monsieur ! Hé bah non petit voyage en hélico en compagnie de Jadis direction une nouvelle communauté énigmatique. Alors que le show runners avaient  jusqu’à présent soignés sa sortie Rick quitte finalement la série par une porte dérobée.

Ils dévoileront plus tard que le personnage de Rick apparaîtra dans les trois téléfilms actuellement en préparation par AMC. Mais NON NON et NON! Se faire c**** à ce point pour créer autant de tensions dramatiques pour finalement tout envoyer péter parce que la production veut exploiter encore un peu plus un filon qui se tari pourtant depuis deux saisons déjà c’est nul ! Et comme si cela ne suffisait pas, trop peu inspirés – ou trop lâches ? – pour gérer l’après Rick (qui pose pourtant question: comment les autres vont-ils gérer la perte de leur leader ? Michonne survivra t-elle à la mort de Rick, les trois communautés peuvent-elles encore s’entendre en l’absence de celui qui les a rassemblées ?) les scénaristes se débarrassent du sujet par une ellipse en nous présentant la petite Judith 6 ans plus tard chapeau de cow-boy vissé sur la tête et pistolet à la main comme Carl l’avait fait avant elle.

Si les audiences en baisse des deux dernières saisons témoignent de la difficulté pour Robert Kirkman et Scott Gimple à donner un second souffle à la série. Ce cinquième épisode fait une nouvelle fois la preuve qu’ils sont de plus en plus largués et bien que j’ai tenu jusque là malgré la baisse de niveau de la dernière saison, je ne suis pas sur de continuer à suivre une série qui a apparemment déjà trop duré.

Mathieu un fan de série déçu, à qui on a rien demandé mais qui donne son p***** d’avis quand même.

A lire également:

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.