Une maman un peu cinglée, un fils carrément cinglé, une relation dysfonctionnel vouée à l’échec, une ville de péquenaud qui survit grace au traffic de drogue, un shérif plus du style Django que Derick   un peu trop chaud de la gâchette, deux trois embrouilles par ci par là et vous obtenez un cocktail potentiellement explosif ….

 

Dur dur d’être parent…quand on a un fils psychopathe

 Norma Bates quitte l’Arizona avec son fils Norman agé de 17 ans suite à la mort de son mari dans un accident domestique. Direction White Pine Bay dans l’Oregon pour y vivre une petite vie tranquille en tant que propriétaire et gérante de Motel. On est d’accord ya pire comme contexte pour un nouveau départ sauf que bon gérer un motel , pourquoi pas ? gérer un motel qui servait précédemment de zone de transit pour un traffic de jeunes filles c’est déjà plus compliqué, surtout quand l’un des principaux acteurs du traffic n’est autre que votre nouveau petit ami là tout de suite la situation est moins sympa. Si il n’y avait que ça la série serait pas mal mais bon… ce qui accroche c’est qu’au fil des épisodes on se rend bien compte qu’entre Norma et son fils quelque chose cloche. Trop protectrice, trop proche ça leur arrive de dormir ensemble…weirdooooo , trop douce et trop autoritaire à la fois Norma est beaucoup trop « trop » . Aimer son fils c’est bien mais à ce point là c’est louche, toujours inquiète la pauvre n’est jamais tranquille du coup devant l’écran moi non plus je ne suis pas tranquille, j’attends que ça pète et je ne suis pas déçu, accident domestique ? non parlons plutôt d’un homicide. Le gentil et réservé  fils à maman , peut devenir très violent quand on s’en prend à sa mère et c’est bien lui qui dans un moment de psychose qui devient de plus en plus récurrent au fil des épisodes a tué son père en voulant la protéger des assauts répétés d’un mari alcoolique et violent. Sensible et touchant la plupart du temps le petit Norman devient vite très flippant quand il se met en colère.

Comment ne pas devenir fou

« Normaaaaan ? » grrrr , je n’en peux plus de l’entendre, elle rentre à la maison elle l’appelle, elle sort elle l’appelle, elle fait à manger elle l’appelle, elle l’appelle tout le temps ! Norma qui appelle son fils c’est la scène la plus récurrente de la série c’est insupportable! « lache lui la grappe p*****  » me viens toujours à l’esprit quand je regarde. Quand je disais qu’elle était beaucoup trop « trop »c’était encore pas assez, chaque action, chaque regard, chaque déplacement de Norman est analysé, scruté, décortiqué par sa mère : « Norman ou es tu je suis rentrée »  » Norman, cette fille n’est pas faite pour toi  »  » Norman, je ne t’ai pas éduqué pour que tu fasse les mauvais choix »  » Norman, Norman, Norman x10″ si vous avez pour habitude d’oublier le nom des personnages shame on you b.t.w ne vous en faite pas cette fois ci vous n’oublierez pas. Le pauvre garçon n’a quasiment aucune liberté et quand il essaye de s’émanciper un peu on peut compter sur l’esprit manipulateur de sa mère qui en bonne petite actrice, joue la mère blessée à merveille  » snif snifouin ouin ». Norman est flippant ? sa mère est horripilante toujours à fourrer son nez partout avec un toupet incroyable, elle change d’avis toutes les 10 minutes, on a envie de la gifler au moins deux fois par épisodes et encore deux fois c’est le minimum. Préoccupée par l’état mental de son fils Norma le sur protège, partager entre son désir d’émancipation et son attirance quasi incestueuse envers sa mère le pauvre Norman enchaîne les émotions contraire: jalousie, indifférence, rage, dégoût, attirance tout y passe et on comprend bien qu’avec une mère pareil ne pas devenir fou relève du miracle.

Mathieu, un fan de série à qui on a rien demandé mais qui donne son avis quand même.

A lire également:

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.